Ouverture officielle à Bangui du « forum gouvernement ouvert »

0
471

Le président de la République, Faustin-Archange Touadéra, a officiellement ouvert, mercredi 25 juillet 2018 à Bangui, en présence de Jules Armand Aniamboussou, coordonnateur du Conseil présidentiel français pour l’Afrique, les travaux du « forum gouvernement ouvert », initiative du gouvernement centrafricain, de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) de France, et de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) de la République centrafricaine (RCA).

L’objectif de ce forum est de trouver les voies et moyens pour dynamiser la Fonction publique centrafricaine à travers une trentaine de projets.

D’après les vues du Président Faustin-Archange Touadéra, le projet de la Charte des droits et devoirs des fonctionnaires proposé conformément à ce forum est nécessaire en ce sens que l’administration centrafricaine « a besoin d’éthique et de déontologie dans le but de corriger certaines dérives ».

Pour lui donc, servir l’Etat est un honneur. Raison pour laquelle il attend de tous les fonctionnaires centrafricains une plus grande implication professionnelle et une plus grande moralité, histoire de mettre un accent sur l’intérêt général.

Il a aussi exhorté ses compatriotes à l’esprit d’unité pour surmonter certaines difficultés, laquelle unité devrait commencer par l’administration publique, appelée à indiquer la voie à suivre. Partant, il a suggéré l’idée de la mise en place d’un corps d’administration supérieure accessible sur concours de recrutement, à l’exemple de celui de l’ENA en France.

Le président du Conseil Economique et Social, Alfred Taïnga Poloko, a soulevé la question des conditions et des moyens permettant aux fonctionnaires et agents de l’Etat, véritables serviteurs de l’intérêt général, d’interagir, à travers différents pouvoirs, différentes institutions, différentes administrations.

Une administration moderne devrait, selon lui, être dotée de cadres performants, capables d’enclencher le développement intégral et harmonieux de la RCA. Il a attiré l’attention des uns et des autres sur la nécessité de la paix.

L’ambassadeur de France, Christian Bader, s’est appesanti sur la coopération bilatérale entre les deux pays, la France et la RCA, indiquant que le Président français, Emmanuel Macron, n’est pas prêt pour investir dans des opérations de gouvernement à gouvernement qui n’ont aucune retombée pour les populations locales.

Se référant au forum, il a estimé que la circonstance est de nature à « croiser deux principales priorités : l’appui à la gouvernance en RCA venant de la France, aux côtés de la communauté internationale, suite au retour à la légalité constitutionnelle, et soutenir le développement, l’agenda 2030 se rapportant aux Objectifs du Développement Durable (ODD).

Il est à noter que ce forum de trois jours, auquel prennent part les membres du gouvernement centrafricains, prendra fin vendredi prochain, le 27 juillet.

Source: ACAP

LAISSER UN COMMENTAIRE